Négligence pour Christine Lagarde

L’ancienne ministre des finances a été jugée coupable de « négligence » en ce début de semaine.

La Cour de justice a tranché, ce sera négligence et une dispense de peine pour la présidente du FMI. La Justice a décidé qu’une dispense de peine serait suffisante et surtout que cette condamnation ne serait pas inscrite dans le casier judiciaire.
Christine Lagarde restera donc comme présidence de cette prestigieuse institution financière de Washington jusqu’en 2021, date prévue de la fin de mandat.

Jerome Rubinstein

Cette spécificité est française, dans la majorité des pays, lorsqu’un politique est suspecté, il se retire le temps du jugement. On peut voir cela par exemple au Royaume-Uni ou en Allemagne, mais pas en France.

Une décision insatisfaisante

Peu de jours après la condamnation de Christine Lagarde, de nombreuses voix s’élèvent contre ce manque de « justice » de la Cour.
En effet, avec cette absence de sanction alors que d’autres décisions bien plus sévères touchent des citoyens, l’ex-ministre semble bien favorisée, ce qui choque fortement l’opinion publique.

Malgré ce jugement, plus de 120 000 signatures ont rapidement été récupérées afin de demander un nouveau procès pour Christine Lagarde.

Jerome Rubinstein

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.