Transition énergétique française

Il y a quelques jours de cela, le Conseil Economique Social et Environnemental (plus connu sous l’acronyme CESE), à travers la voix de Catherine Tissot-Colle, proposait une fois encore de modifier la politique énergétique française et deux discussions restaient au centre du débat. Ces derniers étaient la transition énergétique de la France, mais aussi le rendement énergétique.

Energie

Pour l’Union Européenne, la France est à la traine car le pays présente un vrai retard au niveau de la fiscalité verte, d’où une relance de la discussion au sujet de la mise en place de la taxe carbone aux frontières.

Concernant le rendement énergétique, nous pouvons la définir par une consommation d’énergie qui diminuera avec le temps bien que le service rendu soit exactement le même (voire meilleur) : selon le Conseil Economique Social et Environnemental il est nécessaire de diviser par 4 la production de gaz à effet de serre tout en rappelant que de nouvelles directives de l’UE mais aussi l’accroissement des prix de l’énergie ne peuvent qu’encourager le pays à s’y mettre rapidement.
C’est une prise de position ferme, mais nécessaire, car le rendement énergétique représente la première source d’énergie domestique sur lequel nous pouvons agir à moindre coup pour les années à venir. C’est pourquoi il est primordial d’avoir un regard macro avec une visée durable en faisant des choix politiques importants, forts et en informant les citoyens au mieux.

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.