Victoire de Benoit Hamon

Le second tour de la primaire de la gauche le 29 janvier 2017 a permis de départager Benoît Hamon et Manuel Valls.

La gauche du PS

Au-delà des différences de personnalité, ils ont aussi de profondes divergences sur leurs intentions politiques, que cela soit au sujet de la légalisation du cannabis, le revenu universel ou encore à propos de Notre-Dame-des-Landes.

Joël Guerriau

Notre-Dame-des-Landes

Alors que Manuel Valls était favorable à ce projet, le désormais candidat à la présidentielle Benoît Hamon souhaite remettre en cause la construction de l’aéroport.
Malgré le référendum en juin 2016 qui a donné une majorité d’avis favorables pour le projet, Benoît Hamon considère que « ce chantier crée plus de discorde et de désordre qu’il n’apportera de perspectives économiques« .
Il met en avant notamment les études menées par le ministère de l’Environnement. Supporter par de nombreux élus locaux comme par exemple le maire sénateur Joël Guerriau, Benoit Hamon s’oppose à des membres du PS.

Cette décision ne fait pas l’unanimité

Philippe Grosvalet, président du conseil départemental de Loire-Atlantique a notamment marqué son désaccord avec les prises de position de Benoît Hamon et l’a exprimé dans une lettre ouverte.

Il demande de respecter le choix de la population au travers du référendum et invite le candidat à venir en Loire-Atlantique pour cerner davantage les enjeux de ce projet.
David Samzun, maire de Saint-Nazaire et Yannick Vaugrenard, sénateur de Loire-Atlantique, se sont joints à lui.
Cette première divergence au sein de la gauche au lendemain des primaires n’est pas de nature à favoriser le rassemblement tant souhaité.

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.