Même la pluie

Sebastian est le personnage principal de ce film, il est aussi ce jeune réalisateur passionné qui souhaitent reconstituer l’arrivée de Christophe Colomb en engageant des figurants boliviens à moindre coût avec l’aide de son producteur.

Ils arrivent avec leur équipe dans un décor somptueux des montagnes boliviennes pour commencer le tournage du film. Comme les budgets de production sont très restreints, Costa, le producteur est heureux de pouvoir engager des comédiens et des figurants locaux pour presque rien (un dollar et ils sont heureux).

Même la pluie

Malheureusement pour nos deux personnages, le tournage est rapidement interrompu par la révolte menée par l’un des principaux acteur du film. Pourquoi? Simplement car le pouvoir en place a permis la privatisation de l’accès à l’eau afin de gagner de l’argent. Costa et Sebastian se trouvent de fait engagés dans ce combat pour la survie d’un peuple démuni, leurs figurants et bientôt proches.
Ce film est profite d’une merveilleuse mise-en-scène, et réussit intéresser le spectateur de bout en bout. Un parallèle intéressant est fait entre Las Casas et la défense de l’eau dans ce pays, mais aussi à travers le monde.
Je vous recommande ce film espagnol d’Iciar Bollain avec Gael Garcia Bernal, Luis Tosar, Juan Carlos Aduviri et ses 1 h 44 de plaisir.

Ce contenu a été publié dans Cinéma. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.